Que sont les Droits de l’Homme ?

    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
    (art.1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme)

Les droits de l’Homme sont un ensemble de droits que possède chaque individu, peu importe le lieu où il vit, sa religion, sa couleur de peau, etc. Ces droits sont définis comme universels et inaliénables, ils sont garantis pour tous à la simple condition d’être humain.

Le champ des droits de l’Homme est vaste et il existe une multitude de droits. Par exemple le droit à la liberté, droit à l’égalité devant la loi, droit de circuler librement, droit à la nationalité, droit à liberté d’association, droit à un niveau de vie suffisant, droit au travail, etc…

Vous pouvez trouver la liste des thèmes qu’englobent les droits de l’homme sur le site du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme.

Les droits de l’Homme au niveau international

Le concept des droits de l’Homme est un concept qui évolue au niveau international depuis 1948, lorsque la Déclaration universelle des droits de l’Homme, rédigée par l’ancienne Commission des Droits de l’Homme, a été adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies.

La Déclaration universelle des droits de l’Homme est le premier texte qui proclame l’universalité des droits de l’Homme. Elle y décrit 30 droits fondamentaux que les Etats signataires se sont engagés à respecter et à appliquer au sein de leur territoire. Aujourd’hui, de nombreux Etats ont ajouté à leur Constitution au moins une partie des droits énoncés dans la Déclaration.

La Déclaration universelle des droits de l’Homme est considérée comme un idéal vers lequel tendre, et n’est donc pas de nature contraignante. Cependant, acceptés par tous, les droits inscrits dans la Déclaration sont aujourd’hui reconnus comme droit international coutumier.

Pour créer un standard minimum de protection, celle-ci devait rapidement être renforcée par des traités internationaux, notamment le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) et le Pacte International relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), finalement adoptés en 1966. En ratifiant ces traités, les Etats s’engagent à respecter et à garantir à leurs citoyens les droits énoncés en promulguant et appliquant les lois nécessaires, et à être évalués de façon périodique par un groupe d’expert.

Ensembles, la Déclaration et ces deux Pactes sont connus sous le nom officieux de "Charte internationale des droits de l’Homme" et sont la base du système des droits de l’Homme au niveau international.

Il existe aujourd’hui plusieurs classifications des droits de l’Homme, mais on parle régulièrement de trois générations des droits de l’Homme pour expliquer le développement de ce système. Chacune de ces générations couvre un domaine de protection différent.

  • Droits de 1ère génération, dits également "droits négatifs"

    Ce sont les droits civils et politiques, notamment présents dans le PIDCP. On les appelle « négatifs » car pour pouvoir jouir pleinement de ces droits, ils impliquent la non-intervention de l’Etat ou sur ses citoyens.
    Exemples : le droit à la vie, le droit à la liberté d’expression, le droit de ne pas être torturé, le droit de vote, etc.

  • Droits de 2ème génération, dits également "droits positifs"

    Ce sont les droits économiques et sociaux, présents dans le PIDESC. Contrairement aux droits négatifs, ceux-ci demandent que l’Etat intervienne pour que ses citoyens puissent bénéficier de leurs droits.
    Exemples : le droit à l’éducation, le droit au travail, le droit à la santé, le droit à l’alimentation etc.

  • Droits de 3ème génération, dits également "droits collectifs"

    Ces droits apparaissent dans l’article premier du PIDCP et du PIDESC, puis plus récemment au sein de nouveaux textes (par ex : Déclaration sur le droit au développement, Déclaration des droits de personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques), démontrant que le système est en constante évolution afin de toujours mieux protéger les individus.
    Exemples : le droit au développement, le droit à la paix, le droit à l’autodétermination des peuples, le droit des minorités, etc.

Ces droits reposent tous sur le principe d’égalité et de non discrimination, et sont interdépendants et indivisibles : l’amélioration de l’accès à un droit engendre une tendance positive générale, tandis qu’une privation menace l’équilibre du système.

Pour en savoir plus sur les traités existants, consultez la page sur Les instruments universels des droits de l'Homme et sur  Les instruments internationaux des droits de l'Homme .

Les droits de l’Homme au niveau régional

Des traités ont également été signés au niveau régional afin de garantir les droits de l’homme.

Afrique
La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples adoptée en 1981 (entrée en vigueur en 1986) par l’Organisation de l’Unité Africaine (aujourd’hui Union Africaine).

Amériques
La Convention américaine relative aux droits de l’homme (1969) adoptée par l’Organisation des Etats Américains.

Europe
La Convention européenne des droits de l’homme, signée par les Etats membres du Conseil de l’Europe (1953). La Cour européenne des droits de l’homme est chargée de veiller à l’application de la Convention et peut être saisie par toute personne victime d’une violation.

Moyen-Orient/Afrique du Nord
La Charte arabe des droits de l’Homme adoptée en 2004 par la Ligue arabe et entrée en vigueur en 2008.